Revenir en arrière
Traditions
detail banner

La pêche à la perle

Galerie

Le saviez-vous

La pêche à la perle aux Émirats Arabes Unis

Les eaux du golfe Persique constituaient un environnement idéal pour la perliculture, car les bancs d'huîtres étaient suffisamment peu profonds pour que les plongeurs puissent les atteindre sans utiliser d'appareil respiratoire.

Le plongeur était au centre de l'activité sur le bateau, avec toute une équipe de soutien pour l'assister.

La principale saison perlière aux Émirats arabes unis était appelée Ghous Al-Kabir ("la grande plongée") et se déroulait du 1er juin au 30 septembre. Le temps, bien que chaud, était généralement clair et calme, créant ainsi des conditions de plongée idéales. De plus petites saisons d'un mois avaient lieu en octobre et novembre.

Le premier jour, les équipages prenaient part à une cérémonie appelée hiraat ("banc d'huîtres"), qui se déroulait sur la plage. Les équipages partaient avec leurs familles et leur communauté qui leur faisaient leurs adieux depuis le bord de la plage. Le sardal le plus ancien - capitaine de la flotte - annonçait alors officiellement le début de la saison.

Le dernier jour du Ghous Al Kabir, un canon est tiré depuis le rivage, signe du retour imminent des plongeurs, et c'est le signal pour les familles de se préparer à leur arrivée. Les gens ornaient leurs maisons de drapeaux en tissu appelés bayraq ou bandira, et préparaient un repas spécial, notamment des sucreries, des jus de fruits et des noix.

Lorsque les navires perliers s'échouaient sur le sable, les équipages recevaient des chants de bienvenue et répondaient par leurs propres chants.

L'équipage

Selon la taille du navire, les équipages pouvaient compter jusqu'à 30 personnes. Parmi les membres les plus importants de l'équipage figuraient :
  • Nukhadh : le propriétaire du bateau ou un responsable au nom du propriétaire, qui dirigeait toute l'opération perlière. Il distribuait les bénéfices de chaque saison aux membres de l'équipage.
  • Sardal : le capitaine de la flotte, qui était un navigateur expert et connaissait les meilleurs emplacements de hiraat (banc d'huîtres).
  • Plongeurs : ces hommes effectuaient le travail le plus difficile, travaillant dans des conditions dangereuses, plongeant toute la journée pour trouver des huîtres.
  • Seib : l'homme responsable des cordes utilisées pour faire descendre les plongeurs dans les bancs d'huîtres et les hisser lorsqu'ils étaient prêts à remonter à la surface.
  • Tabbab : garçons âgés de 10 à 14 ans, le plus souvent fils de membres de l'équipage, qui aidaient le seib à faire remonter les plongeurs.
  • Ridha : jeunes garçons qui servaient la nourriture et le thé aux plongeurs et aidaient à ouvrir les coquilles d'huîtres.
  • Naham : un homme avec une belle voix, qui assurait le divertissement pendant les longs mois en mer, avec des chansons et des poèmes.

 

Outils

Divers outils spécialisés étaient utilisés à bord du navire. Parmi eux, on trouvait :

  • Dean : ce sac tissé était porté autour du cou des plongeurs et servait à contenir les huîtres collectées.
  • Zubail : cette corde était attachée au poids en pierre fixé à la jambe du plongeur, lui permettant de s'enfoncer dans le fond marin et d'y rester pendant la collecte des huîtres.
  • Yada : cette corde était tenue par le seib. Lorsque le plongeur était prêt à remonter, il tirait fortement sur la corde pour signaler au seib de le tirer vers le haut.
  • Fettam : il s'agissait d'une pince faite d'écaille de tortue ou d'os de mouton qui permettait de fermer les narines du plongeur sous l'eau.

Le saviez-vous ?

Les plongeurs portaient un couteau sur eux pour se protéger des poissons prédateurs.

Carte postale

Réalisez une carte postale à envoyer en ligne ou par la poste à un proche ou à votre famille.

Select an image

Sélectionnez une image

Write note

Écrire votre message

Email

Entrer l'adresse e-mail / Adresse Postale

Envoyez une carte postale

Exprimez-vous